Archives de Catégorie: Hôpital

Grande famille

Non mais si, on est une grande famille. Enfin si, parfois, sauf qu’on travaille parfois ensemble.

Si on faisait le jeu des trente-quatre familles (ah oui, non, sept familles ça rentrait vraiment pas) ça donnerait quelque chose comme ça.

Alors, dans la famille de celui qui travaille au PaysDesRêves je voudrais… Lire la suite

Les savates, les questions et la perspective (2)

(Le premier épisode est ici )

Le MacumbaPourri a laissé place à d’autres bruits d’hôtel de passe. On rigole jaune foncé en espérant fort que le PèreBernard a l’endormissement rapide puis le sommeil très lourd. À chaque cri d’autre nature, de porte qui claque ou de tirs de Kalashnikov lointains on peut vérifier que notre réaction de sursaut post-à-force-de-vivre-ici est toujours bien au point. Lire la suite

L’Afrique et le ministère

Récemment, alors que la grève des sages-femmes s’éternise ChezNous…

(« On s’en fout et et qu’est-ce que ça a comme rapport avec ce blog? », vous demandez-vous. Aucun, c’est vrai, et mon ulcère va mieux que l’ambiance pourrie, finalement. Mais si, ça a à voir, en fait, patience!) Lire la suite

La préquelle et la bonne année

Ou tout ce que tu voudrais savoir sur comment ça se fait ce départ en mission. Comment une sage-femme normale légèrement plus révoltée que la collègue qui fait ses menus des 3 prochaines semaines pendant la garde moyenne, mais pas tant que ça, peut se dire que c’est le moment de penser à quitter son poste de titulaire dans une maternité classique d’un CHU banal d’une banlieue pourrie ordinaire. Lire la suite

D’habitude

Une des choses les moins de la tarte à expliquer, c’est ce qui change par rapport à d’habitude. Tout ce qu’on fait différemment de ChezNous au PaysDesRêves, par nécessité, par contrainte, par… bin, parce que tu vois, quoi, et puis c’est pas facile de…euh… Lire la suite

Bébés mignons et pelures d’oignons

« Sage-femme c’est super tu dois voir plein de bébés ils sont trop mignons les bébés. »

Mmmmh, moui.

Hum.

Moi aussi je pensais ça avant d’entrer à l’école de sages-femmes, à l’époque où mon oignon avait encore toutes ses pelures. Les bien sèches qui font un bruissement sec, en général il y en a plusieurs.

Lire la suite

Un vélo et des mangues

Dimanche, 7h00. Fatigue de la nuit sans sommeil et sans petit déjeuner post-garde, cumulée avec la retombée du stress de cette nuit. Ça commence à faire beaucoup de nuits sans sommeil ininterrompu, sept mois de gardes et d’astreintes non stop. Lire la suite

Ponts, kérosène et pessaires (1/3)

Ça fait 3 patients qui se rendaient à l’hôpital principal et qui se font descendre en traversant le pont, ce mois-ci. Ah oui, et on est le 10 du mois, au fait, petit détail. Plus les blessés, plus bien sûr tous ceux qui ne se risqueront même pas à traverser ce maudit pont. Lire la suite

La question qui tue

Il y a celle qui vient consulter suite à un viol collectif par six hommes armés. Elle vient avec deux enfants, âgés des deux dernières guerres du MerdierIntégral. Elle a donc déjà deux enfants issus de deux viols et là, son retard de règles il faut vraiment qu’elle puisse en parler à quelqu’un, aujourd’hui. Entrez, Madame, bonjour, reprenons depuis le début si c’est possible. Lire la suite

Humour anglais

C’est une journée, poliment on peut la qualifier de merde. Vraiment. Le jour où tout se conjugue en compliqué et/ou pénible.

Un groupe de militaires bourrés énervés qui fait irruption au bloc pour faire passer leur gars. Ah bah oui, tiens, avec sa petite balle dans l’épaule toute proprette qui ne saigne même pas il va passer avant la femme sub-claquante avec sa rupture utérine, très bonne idée, ça.

Lire la suite

Les clés de l’armoire

« Sophie, au pays des rêves, on attend de toi que tu SU-PER-VISES. C’est la clé de l’amélioration de la qualité des soins à l’hopital, c’est important. »

Genre, moi, sage-femme de 27 ans, 3 ans de diplôme au compteur, je sais su-per-vi-ser, hein.

Lire la suite

Tagué ,

Civières, bouclettes et caniveaux

Parfois, c’est troublant comme certaines situations frustrantes peuvent finalement trouver un dénouement inespéré. Même avec une vie spirituelle en grêve illimitée, j’y verrais presque un miracle. Lire la suite

Tagué , , ,