Les sauvages et le docteur

Oui, alors, j’ai cherché un titre moins polémique, brut et malpoli, mais sans succès. Si ça se trouve, à la fin de ce billet, finalement vous le trouverez plutôt bien. Et bon, c’est mon blog, alors je vais le garder ce titre.

Quand je serai grande et riche, avec plein de temps pour penser et prendre du recul avec mon cerveau partagé entre beaucoup moins d’enfants en bas-âge, je serai sociologue. Pour pouvoir casser la gueule répondre point par point à ceux qui racontent comment les gens des PaysDesRêves, non seulement sont trop pauvres, démunis, pas éduqués mais en plus s’entêtent bêtement avec leurs superstitions et leurs coutumes – prononcez bien coûtûûûmes – qui les empêchent trop de se soigner avec la médecine moderne- prononcez bien môdêêêrne. Alors qu’en mettant tous ces trucs démodés de côté ils auraient eux aussi la possibilité plus souvent d’avoir comme tout le monde l’Alzheimer ou un chouette cancer de riches à 92 ans. Et si seulement ils étaient plus riches, éduqués et au moins aussi brillants que nous hahaha et arrêtaient de se complaire dans leur ignorance crasse, ils pourraient enfin bénéficier de la science et la médecine modernes qu’on se donne la peine de leur apporter, merde quoi, ça coûte cher. Sans compter que nombre d’entre eux seraient remplis de défiance vis à vis de leur gouvernement. On se demande bien pourquoi hein. On va pas chipoter pour 17 ans de guerre civile, des guerres tribales, en plus, vous pensez bien.

Si j’étais sociologue, donc, j’écrirais une thèse, surtout pour que la moitié des lecteurs ne la lise pas et l’autre moitié rie de ma fraicheur candeur naïveté navrante, en gardant bien ses idées préconçues sans jamais aller au PaysDesRêves vu que les gens y mettent leurs doigts dans leur nez ou s’interroger sur leur vie quotidienne, à part se mettre les doigts dans le nez. Du coup si je voulais noter dans mon carnet le brouillon de ma future thèse de sociologie qui déchire, j’y écrirais bien ça, par exemple :

(NDLR : dans ce qui va suivre, pour la clarté de l’exposé (ou pas loin), j’ai noté en italique les idées préconçues entendues, lues, relevées, au cours des années. Ce n’est pas ce que je pense. Enfin j’en ai plein d’autres, des idées préconçues, mais on va pas tout embrouiller on a dit la clarté de l’exposé.)

« Ces gens-là n’ont pas de montre, pas de calendrier, ne savent pas lire, ils ne peuvent pas prendre ce traitement ou la pilule, et ils préfèrent emmener leur enfant chez le sorcier du coin que de venir à la consultation, et du coup quand ils viennent ils sont dans un état pas possible, non mais franchement qu’est-ce qu’ils s’imaginent. Ils sont méfiants, il y en a même qui ont répandu la rumeur qu’on apportait des maladies dans les vaccins. Et regarde dans quel état il est ce gosse tout maigre et crasseux avec ses teignes. Elles ont toujours plein d’enfants, c’est la coutume, elles ne veulent pas de contraception voyons. Et elles en ont tellement des enfants qu’elles sont indifférentes quand le bébé nait ou quand un meurt, et puis ah ça elles veulent pas entendre parler de la pilule, non, c’est la tradition. » 

Poh poh poh.

(NDLR bis, du coup : euh, au début je voulais tout reprendre point par point, mais j’ai résumé parce que ça m’énervait trop et j’ai décidé d’arrêter le sarcasme. Et ouais, enfin demain j’arrête)

On est arrivés il y a deux semaines dans cet hôpital déserté par le personnel et les malades. On en est déjà à installer trois gamins par lit en pédiatrie, et à installer les blessés sur des vagues matelas au sol dans la cour, et les malades hospitalisés sur des nattes par terre. Le menuisier du coin travaille jour et nuit pour fabriquer les nouveaux lits, il dit que pour le paiement on verra plus tard.

Son enfant a une trithérapie anti rétrovirale. Elle l’emmène à la consultation de suivi mensuel le jour prévu, avec exactement ce qu’il est censé rester de traitement dans les boites de médicaments.

Elle vient à la consultation pour des petits saignements. Elle a apporté sa fiche de suivi et les plaquettes de pilule restantes. En comparant la date du jour et celle de la prescription cinq mois plus tôt, elle n’a manqué aucune prise, elle dit qu’elle la prend tous les soirs au coucher du soleil. 

La suivante a deux enfants et vient pour sa contraception. Elle dit qu’il y a un service de planification familiale à la ville, mais c’est souvent fermé, ils ont souvent des ruptures de stock, et aussi la responsable n’est pas discrète et a déjà dit au marché qui elle voit en consultation. Et puis elle fait la morale qu’il faut satisfaire ton mari si tu ne veux pas qu’il aille voir ailleurs.

Il reste deux piliers d’os fins comme des allumettes sur le tibia de ce gosse au milieu de son ostéomyélite (googlez si vous voulez mais sans images, c’est mieux). Son père voit qu’après plusieurs passages au bloc c’est déjà mieux, il espère que ça guérira et qu’il pourra de nouveau courir.

Ils ont marché trois jours avec leur petit dernier inconscient et fiévreux, parce qu’ils ont entendu qu’enfin il y avait un docteur à l’hôpital, des traitements pour le palu et que c’était gratuit.

Elle vient accoucher à l’hôpital parce que ses deux enfants précédents étaient mort-nés, et on lui a dit qu’on écoutait le « coeur du bébé » (le pouls foetal)  pendant le travail. Du coup elle s’installe directement dans les étriers.

Elle qui d’habitude arrivait toujours à s’en sortir et souriait, elle est mutique depuis la mort de son enfant. Elle a pleuré, hurlé quand ils l’ont emmené ici en brouette, criblé d’éclats d’obus. Elle en a trois autres. Elle a longuement raconté aux infirmières comme il commençait à savoir écrire et qu’elle espérait que son bras guérirait vite pour qu’il retourne à l’école.

Elle vient à notre centre médical, mais on y traite seulement la trypanosomiase (la « maladie du sommeil »). Son enfant est plein d’oedèmes, on la dirige vers le dispensaire public. Elle n’a rien pour payer, l’infirmier va les refuser tant qu’elle n’a pas réglé les nombreuses factures impayées, et de toute façon il ne sait pas quoi faire de ses oedèmes, lui parle de malnutrition aiguë, de Kwashiorkor, il lui a donné une plaquette expliquant la malnutrition, mais pas d’aliments thérapeutiques, juste des conseils.

Elle a attendu sept heures en plein soleil avec sa marmaille pour qu’ils soient tous vaccinés aujourd’hui.

Ils sont arrivés dans ce camp de déplacés improvisé dans la cour de l’école. Ils sont plusieurs milliers. Après quelques jours on leur a distribué des bâches en plastique pour se construire des abris. Ils sont environ quarante par tente. Il y a enfin une distribution d’eau propre, avant ils allaient chercher l’eau au ruisseau, et comme il y a trois latrines pour 7000 déplacés c’est aussi le coin où tout le monde va pour … bref.

Aparté : le minimum en urgence c’est 20 litres d’eau par personne et par jour. Pour toute la tente ils ont 3 jerrycans dont un percé, pour boire, cuisiner, faire la vaisselle et la lessive, se laver et se laver les mains bien sûr. Le promoteur à la santé qui est passé aujourd’hui a bien expliqué qu’il fallait se laver les mains au savon et laver les enfants. Ahem. Il a même apporté des seaux et du savon. (non mais déjà, essaie chez toi, cher.e lecteur.trice de remplir un seau d’eau de 20 litres, et on dirait qu’avec ça, pendant 24 heures, tu bois, tu te douches, et surtout tu te laves bien les mains sinon gare à toi, tu cuisines, tu fais la vaisselle et la lessive sans tâches propres, fais un effort merde).

Finalement ça s’est vite réglé, ce problème d’eau potable, les gars costauds qui font la police dans le camp en terrorisant les gens ont décidé de tout prendre pour eux. Du coup on va augmenter la quantité de griséofulvine, de vermifuges, de sels de réhydratation orale, jusqu’à ce que ce problème d’eau se règle indéfiniment. 

Et il y a aussi des gens bien à côté de la plaque. Et d’ailleurs je ne vois pas pourquoi on leur enlèverait ce droit alors que nous en jouissons largement. Il y a aussi des relations conflictuelles, des malentendus, des incompréhensions, des engueulades, de la violence verbale, physique, des gens qui cassent tout, n’écoutent rien de censé, sont endoctrinés, ne veulent pas sortir de leurs idées préconçues même en répétant ce qui semble important pour qu’ils aient une chance de guérir. La vie quoi. Et aussi notre côté rationnel-efficace-occidental est disons un peu plus équipé pour soigner le gros abcès du monsieur et lui arranger ça bien propre et guéri que d’arriver à  d’essayer de comprendre ces histoires de « les serpents dans ma tête là, docteur, ça fait chaud chaud chaud et la nuit fsssssssss fsssssssss FSSSSSSSS des serpents plein plein plein de serpents dans ma tête« . Même si l’abcès pour lui ça a l’air très bénin à côté des serpents.

Et puis chez nous il n’y a rien de tout ça, voyons. Tout est toujours bien carré, rationnel, evidence based comme on dit. La preuve, l’assurance maladie ne rembourse pas l’homéopathie, personne ne consulte un guérisseur … ouais je vais me faire allumer mais tant pis. Pour ma défense j’affirme que moi aussi j’ai prescrit des tonnes de Spasfon dans le passé. Et ouais, des Spasfon Lyoc et tout, comme placebo c’est moins bon bien plus dégueulasse au goût mais ça guérit rien pareil.

Comme tout est rationnel, remember? personne ne croit aux superstitions, voyons. D’abord on a des religions civilisées, nous, attends. Bon à part l’histoire d’une femme vierge qui accouche du fils de dieu… et aucun de nos présidents ne va à la messe, d’ailleurs, c’est carré. Au Etats-Unis par exemple, il y a bien entendu un treizième étage à l’hôpital. Personne à la réunion du village sur les chemtrails ou sur les nouveaux compteurs électriques à transmission qui rendraient les pigeons albinos épileptiques ou pas loin, ou sur le danger des micro-ondes, si si si c’est prouvé. Personne non plus ne va chez l’énergéticien ou l’étiopate.

Une foultitude de papiers peer reviewed dans plusieurs grandes revues médicales parle clairement des bénéfices de l’ostéopathie et de l’acupuncture aussi. Des bénéfices pour la santé, voyons. pas de mauvais esprit.

Aucun nourrisson n’a un collier d’ambre, le même que celui du petit-fils de la concierge qui n’a eu aucune douleur lors de ses percées dentaires, même pas les fesses rouges, ça marche vraiment du tonnerre. Et je suis la première à dire que si ça soulage et ne présente pas de danger (pas comme un collier d’ambre autour du cou d’un nourrisson) c’est tant mieux et chacun vit sa vie. Je préfèrerais juste que ça ne vide ni les caisses ni les poches des gens si c’est moyen à pas rationnel du tout, mais bon, chacun ses priorités.

Aucun patient ne demande « le pschit pour la gorge là, ah chez moi y a que ça qui marche ». Et Doctissimo a eu seulement 27 visiteurs sur ses pauvres 3 pages depuis 2005. C’est con, ça aurait pu être un succès commercial ce truc.

100% des filles et femmes ont accès à une information de qualité et exhaustive sur leur santé reproductive et obtiennent la contraception qui leur convient le mieux, moderne et efficace. Hahem.

La totalité de la population a une grande confiance dans le système de santé et ses soignants, d’ailleurs il ne viendrait à l’idée de personne de refuser un vaccin, à un diabétique de mettre de la confiture sur sa biscotte ou à un goutteux de boire du Bourgogne avec son plat de rognons-frites (pouah) voyons. On est pas chez les sauvages quand-même.

 

8 réflexions sur “Les sauvages et le docteur

  1. le dinosaure dit :

    Ah ben attends! tu peux pas comparer… nous c’est un pays civilisé, eux c’est un pays en voie de développement. Faut bien qu’on leur apporte un peu de notre savoir. Et puis ça montre aussi notre grandeur d’âme … Non mais c’est vrai quoi….
    Bon, je plaisante bien sûr… C’est comme quand y’a des gens qui s’étonnent que certains élèves arrivant, tiens par exemple de Pologne ou d’Albanie, alors qu’ils ne parlent pas un mot ou quasi de français foutent la honte en maths et en physique à tous leurs petits camarades français. C’est dingue non que ces pays-là puissent avoir un système scolaire plus performant que le nôtre! Y’a pas que des plombiers polonais! Wouah!
    Bon, j’arrête de m’énerver après la bêtise humaine, mon docteur m’a dit que c’était pas bon pour ma petite santé!

  2. CLG dit :

    Voilà ce qui s’appelle remettre les pendules à l’heure !! Bravo !

  3. faleo dit :

    Tellement d’amour pour tellement de gens en quelques lignes…
    merci Sophie
    (euh mais l’ostéo, rassure-moi, t’as rien contre ? ;-)
    rien qui me désolé comme les soignants 2.0 qui ne croient pas à l’ostéo…)
    blague à part, j’ai aussi entendu pas mal de conneries à la radio au sujet d’Ebola
    ce billet remet les pendules à l’heure

  4. Taothee dit :

    <3<3<3 <3 et<3

  5. bénédicte dit :

    Epatant cmme d’hab j’en ai chialé comme d’hab ça m’a même donné envie d’y faire un tour au pays des rêve. Parceque leurs habitants m’ont l’air admirable!!!!
    Merci

  6. Ah ben tiens je fais pas partie des gens qui reprochent à tord et à travers aux autres d’aller voir un marabout, mais je rajouterai bien qu’ici, non, les gens bien intentionnés ne te conseillent pas du tout d’emmener ton gosse brûlé (grosse la brûlure, 3 semaines de réa, greffe de peau, sur un petit de 18 mois) voir un « coupeur de feu » parce que bon, l’hôpital, c’est rien que des méchants docteurs qui savent pas ce qu’ils font. Et puis pour être plus précise, c’est pas des « sauvages » qui m’ont conseillé ça, non, c’est des gens avec bac+cent cinquante années d’études, polyglottes, tout ça. Alors j’ai rien contre les ostéo, les acupuncteurs, je crois en beaucoup de choses, mais juste, arrêtons aussi de cracher sur notre médecine, même imparfaite.

  7. Félicie dit :

    Tellement bien dit ! Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :